Finies les vacances !

Et voilà ! Nous sommes le 30 juin et nous avons fini notre roadtrip.

Nous sommes passés par Eindhoven pour fêter l’anniversaire de ma maman puis par chez les parents de Nicolas pour récupérer les animaux.

Nous sommes revenus sur des trajets connus et un retour à la normale progressif, moins marqué que ce que nous pensions.

Que dire de ce voyage ? Il y a tellement de choses qui n’ont pu être dites sur ce blog, tellement de richesses d’échanges et de points de vue, d’instants partagés avec les locaux, de rires, de petites galères, de fatigue, de coup de blues ou de pur bonheur, de supères idées, de moments uniques, de ventres pleins ou vides, de sommeils réparateurs ou de nuits courtes et animées, …

Comme prévu, c’était très intense et court ! Après ce voyage, pour ceux qui souhaitent se lancer, nous pouvons conseiller ce type de formule :
Par pays, prendre 1jour/2 nuits dans une ville de province et à peu près 2 jours dans la capitale. Bien entendu, plus serait encore mieux 😉

Je reprendrai également une citation, trouvée dans un des hostels, qui résume parfaitement l’état d’esprit du roadtrip :  » tenter de maîtriser un voyage, c’est comme tenter de maîtriser un mariage : impossible  »
Donc, ne rien programmer dans le détail pour éviter la frustration et n’organiser que le « où dormir? » à j-1 ou j-2.

Ce voyage est également un véritable retour aux essentiels. Nous ne nous satisfaisons pas de ce que nous avons chez nous. Eh bien je dois dire que je suis heureuse de pouvoir dire « home sweet home » et de pouvoir faire le point sur ce qui est de trop.
Certes, beaucoup de bonnes et excellentes idées sont présentes chez nos voisins et je trouve ça dommage, ( voire vraiment regrettable ), de ne pas pouvoir les trouver en France. Mais en même temps, c’est l’occasion de comprendre les vrais points positifs de notre pays et de les mettre en valeur et pourquoi pas y apporter des idées fraîches !

Le blog ne se termine pas là !
Nous allons continuer à l’alimenter avec des compléments d’informations pour ceux qui souhaitent franchir le pas : des adresses, des astuces, un ordre d’idées sur le budget, des photos, des graphes comparateurs sur des thématiques, etc…

En tout cas, vive l’Europe !
C’est un continent extrémement diversifié et complexe par le fonctionnement et l’identité forte et unique de chaque pays et de ses habitants !

Hamburg – Moin ! Moin !

( Petite note : j’ai été un peu tardive à écrire cet article, car nous sommes arrivés à Eindhoven au Pays-Bas où j’ai été bien occupée ! )

Hamburg, dernière ville de découverte de notre roadtrip.
Ce sera la 16e ville du voyage.

Tout d’abord Hamburg est située au Nord de l’Allemagne, sur l’Elbe.

Hamburg est une ville très spéciale et plutôt surprenante. La ville pour moi est un peu à l’image du personnage Double-face ( personnage de l’univers de Batman ) ou Dr Jekyl et Mr Hide. Je vous explique pourquoi.

Architecture

Basiquement, Hamburg est scindée en 3 zones : die Altstadt ( vieille ville ), die Neuestadt ( la nouvelle ville ) et das Hafen ( le port )

Ces trois zones sont radicalement différentes les unes des autres.

– La vieille ville accueille des zones principalement résidentielles. Il y a peu d’immeubles. La particularité de ce quartier réside plus dans sa culture.

– La nouvelle ville possède pas mal d’immeubles modernes et des grands bâtiments en brique. La ville nous a beaucoup surpris par la prolifération de canaux et de ponts.
La ville a subi un énorme incendie au 19e siècle et des bombardements intensifs à la 2nde Guerre. Du coup, beaucoup de bâtiments ont été re-re-construits dans l’esprit de l’époque. Ou même, comme la cathédrale, laissés en ruine pour la mémoire de la guerre.

image

image

– Enfin, le port est une énorme structure économique sur 5kms. Hamburg est pourtant située à 50kms de la mer du Nord mais nous a très rapidement fait comprendre que la ville est vouée à la mer.
Le port comporte une île qui accueille un véritable terrain de jeu pour tout architecte qui se respecte ! Hormis 3 bâtiments historiques, anciennement dédiés à la réception des marchandises portuaires, les autres immeubles sont un condensé de vitrine d’architecture contemporaine.

Ils sont en train d’y construire la nouvelle icône de la ville : l’Elbphilharmonique.

image

Culture
C’est ici que la différence se ressent le plus.
En journée, la nouvelle ville est une ville classique avec une activité économique normale. C’est une.ville assez tranquille et sage, accueillant des musées, des bibliothèques, tandis que le port se transforme en centre d’affaires.

La nuit par contre, c’est la vieille ville qui prend vie :
Les rues accueillent de nombreux bars, boites de nuit, cabarets, et shops érotiques. Des magasins vendent des perruques gothiques au milieu des godmichets et des rabatteuses tentent d’achalander le client. Il y en a pour tout : du rock, de l’électro, du pole dance, du gay, … Il y a même la rue dédiée aux transexuels et celle tout simplement interdite aux femmes sous peine de se rececoir des déchets sur la tête pour « concurrence déloyale » !

image

(« attention ! Les jeunes gens de moins de 18 ans et les femmes sont interdits « )

La ville est complètement transformée en Pigalle version Punk !

De jour, le quartier est très original et assez difficile à décrire : des maisons assez cossues et fleuries avec une ribambelle de stickers et de tags au rdc. Il y a également de nombreux superbes grafs géants d’artistes qui animent des façades entières ou des porches.

image

Le quartier est très éclectique. La mixité des styles et richesses y est très prononcée et rend le quartier agréable et harmonieux. Voire teinté d’une pointe de boboisme.
C’est qqchose que j’ai ressenti à chaque fois que je suis venue en Allemagne. Ils sont d’une très forte tolérance humaine et culturelle.

La ville présente également, avec une digne discrétion, qques bribes de la période de la guerre et nazi.

image

Infrastructure
La ville a un énorme réseau de métro, qui dépasse de loin toutes les villes et capitales faites jusque là. 3 métros, 1 métro-ring ( typique de l’Allemagne : un métro qui fait office de rocade des transports en commun et qui entoure la ville ).

Il ont également des trams, bus et apparemment des Barkassen, petits bateaux qui font les navettes au travers des canaux. Bon à savoir et peu communiqué aux touristes, ces bateaux sont inclus dans les transports en commun et donc utilisables avec le même ticket que le reste du réseau ( à l’instar de Stockholm ). Ils sont également bien plus petit que les gros bateaux de sightseeing et passent donc dans des plus petits canaux au coeur de la ville.

Vie sociale
Les hambourgeois sont des gens plutôt cool, un peu à l’arrach et ont beaucoup d’humour. Les conducteurs sont eux un peu stressés. On ressent plus le coté « grouillant » d’une grande ville que dans toutes celles visitées auparavant.

Ils ont énormément de petites perles rares qui font ressortir l’originalité de leur mixité : des énormes boutiques d’antiquaires qui ressemblent à un massif vide-grenier, des magasins qui vendent des vrais vêtements originaux et en tbe des années 70-80 ( on est tombé sur une magnifique paire Puma authentique de fin 70’s ),

image

des magasins gothiques, des gens qui se sont spécialisés, avec bcp d’humour, dans la vente de gadgets kitsch inutiles.

Ils sont grands enfants. On a assisté à une soirée dans un bar avec un groupe de musique. Le groupe a finit le concert en faisant participer les gens sur …. les génériques des années 80 ! On a eu droit à Tic et Tac ( Tchip et Tchap en allemand ), Jeanne et Serge ( Mila ) et les gummies.

Ils aiment créer et vivre des histoires et légendes hors des chemins battus. On a eu ainsi un guide qui nous a raconté pas mal de petites anecdotes sympathiques sur l’histoire de la ville ( qui pour info a côtoyé souvent et de trop près le feu ). Par exemple, la ville compte plus de ponts qu’Amsterdam, la tour est plus grande que Big Ben, un fronton accueillant des statues de caniche car la femme du maître de l’époque avait une toque en caniche, des pièces à jeter sur un poteau sans les faire tomber pour réaliser son voeu.
Au port, au lieu de dire « Halo ! » ( Bonjour ) il faut dire « Moin ! Moin ! ». C’est mignon et les locaux nous accueillent avec le sourire après avoir entendu ce passe magique ! :)
Et ainsi de suite …

Gastronomie
Comme pour Münich, la base en Allemagne est « manger beaucoup et pas cher » on a pu se régaler pour pas grand chose.
Bizarrement ( et tant mieux :) ) c’est à Hambourg que nous avons vraiment manger des plats de poissons, des vrais !
Le long du port il y a qqs restaurants, tous spécialisés dans les produits de la mer.
Nous avons pu manger de la sole ( une entière pour 15 euros !!! ), des filets de cabillaud, saumon, merlan, anguilles, etc…
J’ai goûté également le Hamburger labskaus : oeufs sur le plat accompagnés de purée parmentier/betteraves et rolls de hareng crû. Le mélange est assez surprenant !

image

On retrouve bien sûr les célèbres bockwurt, currywurst et autres saucisses déclinées. Nous n’avons par contre pas eu le temps de nous faire un vrai Frühstück ( petit dej ) allemand et j’en suis fort triste !!!

Coté alcool on est reparti dans un choix énorme de bières. On en a goûté que deux :
– Duckstein
– Holsten Pilsner

Ainsi que quelques digeots :
– Künstenebel ( à l’anis )
– Hamburber Köm
– Jägermeister

Quelques shots aussi 😉

image

Ils boivent aussi beaucoup de Spezi : mélange Ice Tea+Coca que je ne connaissais pas dans les autres régions germaniques.

Nous avons eu la chance d’avoir qqs hambourgeois qui nous ont bien mis dans l’ambiance. Du coup, nous avons trouvé la ville bien et très originale. J’y ai un tout petit peu retrouvé l’esprit de Berlin : décalé, regard neuf et cosmopolite.

Copenhaguen – under the rain malheureusement

Nous sommes arrivés à la dernière capitale du road-trip, 10e du nom : j’ai nommé Copenhague, capitale du Danemark.

Nous avons malheureusement essuyé une belle averse froide et venteuse pendant tout notre séjour au Danemark :( ( j’ai chopé la crève ! ) Nous n’avons du coup pas fait le circuit initial et sommes restés sur un tout petit parcours en centre-ville.

Des ponts de ouf
Copenhague est située sur la plus grande île du Danemark et est reliée au continent par deux ponts, un vers la Suède, qui fait 20kms, un autre vers le reste du pays, qui relie Køstør et Nyborg ( stœrebelt ), sur près de 7kms.
Ces ponts sont des constructions de malade : 250m au dessus de l’océan ! Et juste 2 énormes piliers au milieu.

image

On a vu des tankers passer dessous sans problèmes.
Par contre, le péage est très cher : 40euros le premier et 60 euros (430 kr ) le 2e …
Il y a d’autres alternatives bien sûr comme les bacs. Mais là il faut compter alors 80 euros et ce n’est pas tellement plus rapide.

Architecture
Copenhague est une ville moins portuaire que Stockholm, ou en tout cas, son centre ville ne donne pas sur l’océan mais sur un estuaire.

La ville comprend quelques beaux bâtiments historiques et une bonne 10aine de bâtiments municipaux du 20e siècle.
L’architecture est plus uniforme.qu’à Stockholm et on retrouve une très grosse majorité de bâtiments en briques rouge. La plupart de ces bâtiments ont une tour centrale avec un dôme bien typé pour chacun qui permet de les identifier. Il y a pas mal de sculptures travaillées en pierre blanche sur les frontons.
Les bâtiments remarquables sont : la cathédrale Notre Dame, le palais ( reconverti en musée sur le patrimoine royal danois ),

image

la rue commerçante Strødet, l’ancien bâtiment duquel les échanges commerciaux se faisaient.

Il y a également le parc Tivoli que nous aurions dû faire si le temps nous l’avait permis.

Les bâtiments sont pas mal couverts par la pollution et entourés de travaux.
Il y a quelques bâtiments contemporains le long du fleuve dont la bibliothèque nationale.

Culture
La ville est assez classique d’un point de vue équipements culturels.
L’université dynamise pas mal et j’ai l’impression qu’il y a une forte culture alternative ( art urbain, décalé et précurseur ) au sein de la ville.

Les boulangeries sont extrèmement nombreuses et grandes. Elles vendent beaucoup de gâteaux type scones, cookies, danois, etc…

image

Les danois sont férus de livres mais par contre très pauvres en choix de magazines. Nous n’avons pu trouver l’édition Cosmopolitan et Playboy en danois.

Depuis la Suède, le Wifi est par contre de plus en plus rare au fur et à mesure que l’on descend dans les pays. Le Danemark est un vrai creux technologique et il ne nous a été offertes que peu d’occasions d’avoir une connexion potable et illimitée ( env 10mins gratuites max  avec consommation ). ( exception pour les bus, voir plus bas )
L’Estonie reste l’incontestable championne dans ce domaine.

A contrario, la ville a l’air d’avoir fortement développé la mobilité : de nombreuses applications mobiles pour les transports (m-tickets) ou pour les activités culturelles.

Vie sociale
Nous n’avons pas pu noter beaucoup de choses. A savoir qu’il y a plus de gens parlant anglais que danois ( université oblige ? ).
Beaucoup de bars, cafés sont réquisitionnés par des gens qui travaillent et passent une bonne partie de l’après-midi dedans ( concept difficile chez nous : « si tu consommes pas, là maintenant tout de suite, tu dégages » ).

image

Le camping dans lequel nous étions est un concept original : à 8kms de Copenhague, il propose aux familles qui vivent en centre ville de se réfugier au vert le temps d’un WE. Il y avait donc, ce WE, une soirée organisée feu et mashmallows qui regroupait les familles de la ville. Des gens du voisinage se sont joint également à nous.

image

Le temps pourri du WE était aussi mal vécu par les copenhaguois que par nous. Une serveuse était dégoutée pour les touristes.

Il nous semble que la ville est particulièrement animée et vivante au.quotidien car même avec ce temps les copenhaguois étaient de sortie.
Les copenhaguois sont plutôt accueillants et patients.

Du coup, on a tenté de maximiser les abris couverts et fait qqs magasins. A noter que le dimanche, quasi tous les magasins étaient ouverts jusqu’à 18h.
Nous avons pu constater que, en moyenne, les prix sont 10-15% plus chers que chez nous : fringues, chaussures, restaurants ( hors snacks ), …
Les transports sont moins chers (3,7 euros pour 2 zones ) que chez leurs cousins scandinaves.

Les hôtels/hostels/campings sont chers. Nous avons opté pour un camping à coté de l’aéroport. Il était bien trop cher pour le service fourni ( 30euros la nuit … ).

Infrastructure
Rien d’exceptionnel hormis les horaires pratiqués le dimanche par les bus : même ce jour, les bus express d’agglomération passent toutes les 20mins et ce jusqu’à minuit!
Cerise sur le gâteau, ( pour les heureux possesseurs d’abonnements mobiles danois) le Wifi est embarqué dans chaque bus et inclut dans l’abonnement.

Bien entendu, comme dans pas mal d’autres villes que nous avons visité, il y a des écrans qui diffusent les flashs infos ainsi que des journaux ou pubs à disposition.

Gastronomie
Nous n’avons fait qu’un seul repas à Copenhague + qqs pâtisseries.comme :
– scones
– danois : gâteau feuilleté enroulé et tartiné de nutella ou confiture.

Bières :
On n’a goûté que la Tuborg.

La pluie et le froid nous ont vraiment gâché la journée, donc nous ne pouvons qu’avoir un avis neutre sur la ville.

Nous continuons vers Hamburg, dernière ville inconnue de notre roadtrip.

Une minute de silence : le Danemark

Une de mes grandes déceptions de la vie tient du fait que les frères Hanson ne soient pas danois.

Nous avons un devoir de mémoire. Plus jamais ca.
Avec tant d’extravagance capilaire, ils mériteraient d’être nordiques.

Aujourd’hui, sortons encore un grand nom de l’eurodance, parce qu’au fond tout le monde aurait adoré pouvoir oublier ca.

Au Danemark, dans les noms qui nous parlent à nous jeune français naïfs de l’époque, on va retrouver Aqua. Et comme sortir du Aqua c’est un peu facile et malheureusement pas assez moche pour provoquer un suicide auditif -et ce malgré une mention assez bien et un encouragement de Mo-Do – on va parler de Joyspeed, le groupe Aqua avant qu’il s’appelle Aqua.
(et aussi avant qu’ils fassent des clips tout rigolos qui sont sympa à montrer. Comme c’est regrettable)

Stockholm – un sushi avec votre café ?

(  » la minute coup de gueule » : wordpress a chié dans la colle et j’ai dû réécrire cet article intégralement. )

Stockholm, capitale de la Suède et avant-dernière capitale de notre voyage.

Exceptionnellement, nous sommes restés 2 jours dans la ville :
1- il faisait ( enfin! ) grand soleil
2- il y a énormément à voir
3- on était légèrement en avance sur notre planning

La ville a l’originalité d’être sur plusieurs îles ( 30 000 au total ) le long de la mer Baltique.
Nous avons visité les 4 principales du centre ville :
– Östermalm et Norrmalm : 2 îles au Nord de la capitale qui sont principalement économiques et commerciales.
– Gamalstan : île d’1 km2 accueillant la vieille ville de Stockholm
– Djurgarden : une île immense transformée en parc géant
– Södermalm : île au sud du centre, principalement résidentielle.

Architecture
Il y a une prolifération de hauts et beaux bâtiments. C’est un patrimoine énorme. Je peux vous suggérer qqs buildings à voir : le Palais royal, le Parlement, le Vasa Museum, le National Museum, l’Opéra, ….

La ville n’est pas nommée pour rien capitale du Design _ scandinave _  ( pour ne pas fâcher Milan ) ; elle mélange agréablement l’ancien avec le moderne, voire contemporain de tous les styles scandinaves connus. Chaque quartier ou rue a ainsi sa propre identité architecturale.

image

image

Il y a deux bâtiments que j’ai vraiment adoré :
1- la bibliothèque municipale qui date de 1923. L’intérieur est tout simplement S U P E R B E.

image

2- l’université technique qui est aussi classieuse que celles de Cambridge et d’Oxford. Il y a moins de palmiers qu’à celle de Nice mais carrément plus de fontaines :)

Culture
La ville est un très bon mix entre arts classiques et arts contemporains.
Les rues regorgent d’affiches culturelles et de bâtiments ou magasins dédiés à la culture.
On pourrait mixer un peu de Vienne et de Berlin et ça donnerait Stockholm !!

Bien entendu, les spas et saunas sont très présents. Nous en avons essayé un qui date du début du 20e. Très classe, en marbre dépoli.
Il faut savoir aussi qu’il y a énormément d’espaces verts dans la ville. Chacun de ses espaces verts.est aménagé intelligemment : une pelouse pour la glande, un coin ombragé voir sauvage pour accueillir les picnics ou promeneurs et des espaces jeux, très grands, pour enfants. Certaines écoles pratiquent même les sorties sportives dans ces parcs.

Vie sociale
A peine une demi journée de visite, je me suis sentie vraiment bien dans cette ville.
Il y a quatres choses qui m’ont vraiment plu chez les habitants de Stockholm :

1- Ils sont sportifs
Le matin, en débarquant du ferry, soit à 6h30 du matin, nous nous sommes garés à coté de l’hotel. Entre le parking et l’hotel, on a croisé :
– 3 joggeurs
– une dizaine de cyclistes
– un kayakiste
!!
Et à longueur de journée nous avons vu de partout des gens pratiquer du sport. Il faut noter que les voitures ne sont pas omniprésentes.

2- Ils aiment les bars et terrasses
Ici, j’entend terrasses et bars au sens large de Stockholm : il y a d’une part, beaucoup de restaurants type pub scandinave ( beaucoup moins de bars au sens français du mot ) qui accueillent les habitants de 8h à minuit ( les heures de pointe sont entre 16h et 18h puis 21h-00h ). En général, ces bars reprennent le nom du quartier ou de la rue et rajoutent un « hof » à la fin ( ex: « Rosendalhof »). Il y a aussi les « bars » ou « house ». Ces restaurants sont en général spécialisés dans une catégorie culinaire. Ex : « Bøfhouse », « Thai house », « Kebab house » et surtout la pullulation de « Sushi bar » et « Espresso bar » (d’où le titre) voire souvent les deux :

image

3- Ils sont très développement durable et éco-responsables
La ville a mis en place un énorme système de pompage et traîtement air/eau qui permet de réduire environ par 10 la pollution générale. Les rues, restaurants et magasins sont tous éclairés avec des ampoules basse conso ou pour des besoins de déco, avec des LEDs. Les packagings sont biodégradables. Enfin, à l’hotel où nous avons mangé, tous les produits étaient issus du commerce équitable et bio.
On ne sait pas comment la ville subvient aux besoins énergétiques mais nous avons vu beaucoup de champs d’éoliennes sur les routes.

4- Ils aiment le design et la déco
Oui oui, le design est vraiment partout dans la ville. De nombreux magasins vendent des meubles ou articles de décos ou petits gadgets. Rien à voir avec les gadgets japonais. Là c’est souvent sobre et uni-fonctionnel, mais souvent très bien pensé.
Les intérieurs sont très classes, bien équilibrés et chaleureux.
Même certains bureaux, implantés au RDC ont d’énormes baies vitrées et des aménagement bien plus fun que chez Google à Dublin.
Ils ont un excellent goût et je kiffe à mort !

Nous sommes apparemment arrivés un WE spécial car, vendredi, de nombreux magasins étaient fermés. On a alors croisé de nombreux suédois qui portaient des couronnes de fleurs. On a pu ainsi voir que les habitants aiment se regrouper en nombre soit avec des amis pour boire ou jouer soit en famille. Chacun accueille les autres dans son jardin, ou son bateau, et prépare alors un repas ( qui pourrait être l’équivalent d’un banquet chez nous ). Ils jouent beaucoup à des jeux traditionnels : l’un a fabriqué une sorte de jeu en bois ressemblant aux quilles, les jeux de criquet et lancer d’anneaux étaient présents aussi.
Comme en Finlande, les gens sont décomplexés et profitent vraiment comme ils veulent du beau temps. Il ont même le droit de faire des barbecues dans les parcs publiques.
Les chiens sont tolérés partout et on a croisé beaucoup ( des tout petits en général ).

La langue suédoise est assez proche de l’allemand et d’un soupçon d’anglais. Par contre, même s’ils parlent tous anglais ils ne sont pas aussi bons que nos amis tchèques ou polonais.

Du point de vue coût de vie, ils sont à notre niveau : restauration, fringues, déco, etc. sont dans les mêmes gammes de prix. Les bières sont revenues à des prix français : 4euros la 33cl.
Les magasins plus chers sont : le coiffeur et les centres esthétiques. L’hébergement est cher ! On a réussi à trouver un hotel à 40euros/pers/nuit.
L’immobilier oscille entre 6000 et 8000 euros du m2.
Les transports sont aussi chers qu’en Finlande : 5,5euros un ticket simple.

A contrario, les solariums ont des prix imbattables : 2euros/10mins.

Infrastructure
Stockholm a un excellent réseau, neuf, bien maillé et varié : bus, stations de trains, trams, 4 lignes de métro, des vélos et des navettes maritimes.
Un ticket permet l’accès à tous ces réseaux. Un employé doit avoir des supers prix sur les abonnements.

Les navettes maritimes relient de nombreuses îles et passent toutes les 20mins à chaque station. Ils en ont optimisées pour les cyclistes. Le réseau maritime est assez chargé : beaucoup de ferries, navettes et transporteurs. Je m’attendais à voir autant de bateaux de particuliers qu’aux Pays-Bas mais il y en a carrément moins, peut être dû à la nuisance des gros gabarits qui ne laissent pas bcp de zones de « tranquilité ».

Gastronomie
La cuisine est très internationale. Du coup on retrouve souvent des sandwichs, bentos, burgers, bagels et des woks. On retrouve aussi pas mal de fusion food : thai+japonais et suédois+italien.
Il y a une forte symbiose culinaire avec la cuisine danoise. Les.produits français sont également fortement représentés, et vendus au marché.

Tous les.restaurants pratiquent les happy hours, entre 10h et 15h et proposent alors des prix très intéressants.
En cuisine traditionnelle suédoise on a pas mal de pains type Wasa ou des pains briochés aïés et accompagnés d’une sauce aïoli
– Du GraveLax ( filet de saumon ), cuit mariné au saffran accompagné de patates et jeunes pousses
-du GraveLax cru ou fumé
– du renne fumé ( plus rare )
– des volailles marinées et coupés en tranches avec beaucoup de verdures et légumes.
Tout est sucré-salé. Par ex: une sauce moutarde caramélisée ou sauce chili-ketchup.

Ils ont aussi une moultitude de cookies, gateaux secs et au chocolat.
Coté boissons, on retrouve une très forte culture du café : vanilla latte, macchiatto, espresso ristreto, avec du sirop de caramel, etc… Et enfin !!! Du vrai jus d’orange pressé bon et sucré !! \o/
Ils ont beaucoup de choix de bi

Discipline olympique 6 – le crottes-slalom

Cette discipline olympique est une ode à la nature et la symbiose de l’homme et de l’animal en milieu urbain.
L’homme qui aime la faune et la flore ne pourra s’empécher de courrir, fleur au coeur et dans la tête dans les verts pâturages des villes où s’ébattent femmes, hommes, enfants, pigeons, canards et mouettes.

image

La dextérité et la souplesse du pied ainsi que l’acuité visuelle permettent de différencier le voyageur olympique de l’amateur.

L’épreuve consiste en des petits jeux de pieds, sauts de biches ou parfois esquives aériennes, à éviter les mines fécales de nos amis les animaux.

Ainsi un champion peut jusqu’à calculer la trajectoire et vitesse de chute de la matière en provenance d’un animal aérien, telles les mouettes et ainsi empécher la collision rédibitoire.

Les moumines – fierté nationale

Je me rappelle d’un temps où les Didl faisaient rage en Allemagne. Aujourd’hui les Hello kittys et Charlotte à la fraise tiennent le haut du tableau.
Mais je ne pensais pas trouver autant de produits dérivés autour d’un dessin animé.

Tout d’abord, connaissez vous les moumines ? Peu de français doivent connaître. C’est une sorte d’animal blanc à tête de poney qui marche sur deux deux pieds et a des mains. C’est un dessin animé neutre qui touche autant les garçons que les filles.
En anglais c’est « Moomin » et je mettrai ma main à couper que c’est suédois.

Pour ceux qui sont fans, ne cherchez plus et venez en Suède. Vous y trouverez tout votre bonheur.
Voici quelques exemples de produits vendus :

image

image

image

Bien.entendu vous trouverez le thermomètre, le mobile à accrocher au plafond, la bougie, le t-shirt, les pantoufles, bref … Tout !

Discipline olympique 5 – la nage roulée

Les réseaux routiers et la météorologie sont deux passions indissociables du voyageur olympique. Durant ses heures de repos intermétropoles, le voyageur olympique sait apprécier les conditions de circulation d’un point A à un point B.

Souvent, il met en pratique son entraînement à la nage roulée si la météorologie n’est guère favorable.
Cette discipline se déroule en situation d’aquaplanning et/ou par temps d’averses.

image

Les champions sont assez répandus mais on notera une légère majorité dans le Nord.